Spectacle d’Iron Maiden : l’industrie du taxi s’attend à une soirée chargée

Share

L’industrie du taxi demande au Réseau de transport de la capitale (RTC) de mettre en place des navettes afin de l’aider à desservir le Centre Vidéotron, dimanche, soir du spectacle d’Iron Maiden.

Les chauffeurs s’attendent à mettre les bouchées doubles cette fin de semaine et particulièrement la soirée de dimanche.

Environ 15 000 personnes sont attendues pour le spectacle d’Iron Maiden au Centre Vidéotron, qui se tient en même temps que la soirée de clôture du Festival d’été de Québec sur les Plaines.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1044891/taxi-centre-videotron-iron-maiden-festival-circulation

Les chauffeurs de taxi de Québec pour le MEV

Share

Les chauffeurs de taxi de Québec sont en faveur de l’implantation du module d’enregistrement des ventes (MEV) pour contrer l’évasion fiscale et pour la vérification des antécédents judiciaires par empreintes digitales.

C’est ce qui ressort d’un sondage auquel près de 120 propriétaires de taxi ont répondu la semaine dernière et dont Le Journal a obtenu copie.

http://www.journaldequebec.com/2017/07/11/les-chauffeurs-de-taxi-de-quebec-pour-le-mev

Évasion fiscale : l’industrie du taxi dans la mire de Revenu Québec

Share

Après les restaurants et les bars, Revenu Québec souhaite installer des modules d’enregistrement des ventes (MEV) dans tous les taxis de la province d’ici 2019.

Avec ces nouveaux appareils, Revenu Québec espère lutter contre l’évasion fiscale en récupérant près de 72 millions de dollars qui lui échapperaient annuellement.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1042857/evasion-fiscale-industrie-taxi-revenu-quebec

Dormez bien, Monsieur le ministre

Share

Le 14 mars dernier, lors de la tempête mortelle, le ministre des Transports Laurent Lessard a cru bon d’ignorer paisiblement la situation mettant en péril la vie de certains Québécois. Aujourd’hui, la météo est certainement plus clémente, mais l’indolence du ministre n’en demeure pas moins inacceptable et à la limite de la négligence.

Des médias ont dévoilé cette semaine l’existence de Sam, un homme coupable de voies de fait armées. Ces accusations l’ont empêché de continuer à travailler dans le taxi, mais chez Uber, aucun problème. Sam est passé comme une lettre à la poste. Sam a même raconté qu’il connaît un autre chauffeur d’Uber détenteur d’un casier judiciaire.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201705/19/01-5099697-dormez-bien-monsieur-le-ministre.php

Wi-fi gratuit à l’essai dans des taxis de Québec

Share

Vingt-cinq taxis de Québec expérimentent le wi-fi gratuit pour la clientèle.

Les coopératives de taxis de Québec, Sainte-Foy, Beauport, Charlesbourg et Val-Bélair ont installé des routeurs dans 25 véhicules. Pendant 30 jours, elles recueilleront des données sur la sécurité, la consommation de bande passante et les coûts associés.

Une décision sera ensuite prise pour le reste de la flotte. Environ 500 des 600 voitures de taxi à Québec font partie du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ) qui chapeaute le projet pilote.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201705/18/01-5099403-wi-fi-gratuit-a-lessai-dans-des-taxis-de-quebec.php

Un chauffeur avec antécédents criminels chez Uber

Share

Un chauffeur de taxi de Québec possédant un casier judiciaire a été recruté sans problème par Uber. La multinationale et son sous-traitant n’ont pas repéré les antécédents criminels du conducteur, pourtant très facilement accessibles. Loin de s’en réjouir, le principal intéressé s’inquiète pour la sécurité du public.

Le chauffeur de taxi – qui ne veut pas être nommé, mais dont Le Soleil a vérifié l’identité et que nous appellerons Sam – a été accusé en 2013 de voies de fait avec lésions. Il a perdu son permis de chauffeur de taxi (aussi appelé pocket number dans le milieu) au moment de le renouveler au printemps 2016.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201705/16/01-5098623-un-chauffeur-avec-antecedents-criminels-chez-uber.php

Un projet-pilote refusé pour protéger Uber, selon Taxi Coop

Share

Le ministère des Transports refuse d’étendre à Montréal un projet-pilote de Taxis Coop permettant de réduire les délais d’attente, car il pourrait nuire aux autres intermédiaires, incluant la multinationale Uber, a appris Le Journal.

«Vous nous demandez de la modernisation, vous dites que le système est préhistorique, et, là, vous venez nous bloquer lorsqu’on se prend en main», déplore Abdallah Homsy, président de Taxis Coop Québec. «À mes yeux, ils veulent ouvrir la place à Uber. On fait tout pour nous bloquer», a-t-il ajouté.

http://www.journaldemontreal.com/2017/05/11/un-projet-pilote-refuse-pour-proteger-uber-selon-taxis-coop

L’application mobile de Taxi Coop s’améliore

Share

Taxi Coop modernise son application mobile qui permettra aux usagers de réserver leur course en taxi jusqu’à 30 jours à l’avance.

La compagnie de taxi a sondé sa clientèle pour améliorer les services offerts avec son application mobile.

«Une des principales demandes de notre clientèle, c’était la réservation», explique Abdallah Homsy, président de Taxi Coop.

http://www.journaldequebec.com/2017/04/05/lapplication-mobile-de-taxi-coop-sameliore

Travailler légalement, c’est pour les cons

Share

Il y a quelques jours à peine, plusieurs chauffeurs d’Uber sont sortis publiquement pour dire que maintenant que la multinationale respecte des conditions légèrement similaires à celles du taxi, ils ne font plus d’argent. Certains ont même dit qu’ils préféraient cesser de travailler pour Uber, puisque la rentabilité n’est plus au rendez-vous.

Que devons-nous comprendre de ces affirmations nouvelles, mais anticipées par les 22000 travailleurs de l’industrie du taxi? Que gagner sa vie légalement est beaucoup plus difficile qu’illégalement! Est-ce vraiment une surprise?

http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201611/14/01-5041190-travailler-legalement-cest-pour-les-cons.php

Les taxis bloquent René-Lévesque et Grande Allée

Share

Si Uber a pu opérer dans l’illégalité pendant deux ans sans payer de taxes et d’impôts, les taxis aimeraient bien que le gouvernement leur fasse le même «cadeau», ajoute M. Homsy. «On a droit à deux ans de TPS et de TVQ, deux ans d’impôts, deux ans de plaques. On doit nous rembourser tout ça!» Il évoque aussi une «grève fiscale» pendant laquelle les taxis mettraient les revenus de taxes dans une fiducie au lieu de les remettre aux gouvernements.

http://www.journaldequebec.com/2016/09/28/les-chauffeurs-de-taxi-manifestent-ce-midi-devant-lassemblee-nationale