Les taxis ont raison d’être sceptiques : « tous les scénarios sont sur la table »

Share

Première réunion du comité Finances-Transports

Québec, le 11 janvier 2018 – La première réunion du comité Finances-Transports a lieu ce matin. Le constat des taxis de Québec est simple : leurs craintes sont justifiées, le gouvernement Couillard leur a dit que « tous les scénarios sont sur la table », y compris sacrifier 22 000 travailleurs pour faire plaisir à une multinationale sans foi ni loi qui refuse même de rembourser les taxes qu’elle a volées aux Québécois lors de ses opérations illégales. La simple notion de compensation, pourtant annoncée par le ministre des Transports André Fortin lors de la formation du comité, a été remise en question.

« Le premier ministre Couillard a annoncé il y a quelques semaines que ce n’est pas au gouvernement du Québec “à se mettre à plat ventre devant une multinationale”. Aujourd’hui, ses représentants nous ont prouvé tout le contraire, » estime Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ). « Ils sont prêts à tout pour Uber, dont abolir les permis de taxi, envoyer des milliers de familles à la ruine et changer toutes les règles du transport de personnes. »

Les représentants du taxi sont particulièrement inquiétés du fait que les porte-parole du gouvernement ont même affirmé qu’ils ne prennent aucun engagement et que même une compensation pour les pertes déjà encourues n’est pas garantie. Les membres du RITQ ont insisté pour que le comité se penche aussi sur la rentabilité journalière des travailleurs du taxi et que la réflexion ne se limite pas aux permis de propriétaire.

« Le gouvernement Couillard nous montre une fois de plus qu’il est incapable de tenir tête aux multinationales. Il est trop hypnotisé par elles, » ajoute monsieur Homsy. « Je dis bonne chance aux Québécois. Aujourd’hui, c’est Uber, demain ce sera Amazon, Expedia… Nous sommes entourés de géants qui n’ont aucun respect pour nous, qui cherchent à nous dévorer et nous avons un gouvernement qui refuse ou est incapable de défendre nos droits. Un jour, il sera trop tard pour renverser la vapeur. »

Malgré son profond scepticisme et son inquiétude exacerbée, les représentants du RITQ maintiendront leur participation au comité Finances-Transports afin de continuer à défendre les intérêts des travailleurs du taxi.

À propos du RITQ

Le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec représente les grandes organisations de taxi de la région de Québec : Taxi Coop 525-5191, Taxi Coop Sainte-Foy, Taxi Coop Beauport, Taxi Coop Charlesbourg et Taxi Coop Val-Bélair. Ensemble, ces entreprises représentent 95 % des permis de taxi de la capitale, près 600 voitures et plus 1200 chauffeurs.

– 30 –

Source :             RITQ

Contact :           Félix Tremblay

Pragmatique Communication

felix@pragmatique.ca