La sécurité des passagers Uber inquiète les taxis

Share

Pour le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec, cela n’assure en rien la sécurité des passagers, puisque les plus récentes exigences du ministère des Transports permettent aux conducteurs actuels d’Uber d’attendre deux ans avant d’obtenir une vérification d’antécédents judiciaires auprès d’un corps policier. « Cela signifie qu’un “criminel-partenaire” peut transporter des passagers vulnérables des milliers de fois avant qu’il ne doive montrer patte blanche à la police », s’est inquiété le regroupement. « On a compromis la sécurité des Québécois uniquement pour être certain qu’Uber ne manque pas de chauffeurs, parce qu’Uber faisait son chantage habituel », a-t-il ajouté dans un communiqué.

http://m.ledevoir.com/article-510903

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *