LE GOUVERNEMENT RECONNAÎT SA RESPONSABILITÉ DANS LA BAISSE DES PERMIS

Share

Montréal et Québec, le 27 mars 2018 – C’est avec beaucoup d’étonnement que les représentants de l’industrie du taxi ont appris qu’une somme de 250 M$ leur est réservée dans le dernier budget Leitao avant les élections. Avant de se prononcer plus clairement sur les modalités de cette somme, les porte-parole des Taxis du Grand Montréal (TGM) et du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) se questionnent.

« Est-ce une provision ou un paiement ? En comité nous avons demandé une simple provision de 500 M$ et elle nous a été refusée. Le gouvernement reconnaît enfin qu’il est responsable de la perte de valeur des permis de taxi, parce que c’est l’État qui a créé les règles et qui les a changées. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant, en inquiétant 22 000 familles modestes ? Le gouvernement est-il conscient qu’il s’agit là de seulement la moitié de la somme due aux taxis pour l’an un du projet pilote d’Uber ? Et ce n’est qu’un début, comme il entend prolonger les projets pilotes encore une fois, » expliquent Michel Aboujaoudé, George Boussios et François Cyr, porte-parole des Taxis du Grand Montréal (TGM), et Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ).

Gestion improvisée

En plus de ne jamais avoir avisé les dirigeants de l’industrie du taxi qu’une compensation leur était réservée, le gouvernement laisse entendre qu’il perpétuera l’improvisation dans le transport de personnes, en refusant de statuer clairement et en maintenant des projets pilotes, comme celui d’Uber, quitte à changer la Loi sur le transport rémunéré de personnes.

« Comment une industrie peut-elle se moderniser sur des bases aussi faibles et imprévisibles ? On doit dépenser des centaines de milliers de dollars pour développer des outils technologiques, sur la base d’une permission d’un an ? C’est non seulement irréaliste, c’est tout simplement une mauvaise décision d’affaires. Encore une fois, pour encadrer le transport de personnes, c’est de l’improvisation gouvernementale, même après 4 ans de projets pilotes, » estiment les porte-parole.

À propos de TGM

Avec un total de plus de 2 500 voitures, Taxis du Grand Montréal et Rive-Sud (TGM) est le nouveau regroupement qui représente la majorité de l’industrie du taxi de l’île et de la Rive-Sud de Montréal.

À propos du RITQ

Le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) représente les grandes organisations de taxi de la région de Québec, qui regroupent 95 % des permis de taxi de la capitale, près 600 voitures et plus de 1 200 chauffeurs.

– 30 –

Contact :

Félix Tremblay

felix@pragmatique.ca

Une réflexion sur “LE GOUVERNEMENT RECONNAÎT SA RESPONSABILITÉ DANS LA BAISSE DES PERMIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *