Comme le gouvernement Couillard, les taxis renoncent à défendre la sécurité des usagers d’Uber

Share

Depuis trois ans, les membres du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) défendent les intérêts de tous les passagers du transport rémunéré de personnes. Les membres du RITQ renoncent dorénavant à défendre la sécurité des usagers d’Uber.

« Si le gouvernement Couillard abdique sa responsabilité à protéger la sécurité des Québécois en permettant à des criminels “partenaires” d’Uber d’éviter les contrôles policiers, alors nous souhaitons bonne chance aux passagers d’Uber. S’ils veulent un transport sécuritaire, nous les invitons à prendre un taxi. Nos chauffeurs sont tous vérifiés par la police, » explique, déçu, monsieur Abdallah Homsy. « Uber a gagné son pari, le gouvernement Couillard est incapable de lui tenir tête, même si la sécurité des passagers est dans la balance. Lorsqu’une personne sera victime d’un chauffeur d’Uber, on ne pourra blâmer que le gouvernement Couillard. »

L’annonce de ce matin

Contrairement aux affirmations du cabinet du ministre des Transports, les changements annoncés ce matin ne sont pas de légères modifications aux exigences sécuritaires. Elle donne une période de deux ans pendant laquelle les 10 000 chauffeurs actuels d’Uber n’ont pas à se soumettre aux contrôles d’antécédents criminels. Seuls les futurs chauffeurs devront passer par l’examen d’un corps de police. Bref, le ministre des Transports admet que les contrôles de sécurité d’Uber sont déficients, mais il n’appliquera les mesures correctives que pour la minorité des futurs « partenaires ».

Les membres du RITQ sont d’avis que la formation n’a jamais été le réel enjeu des protestations d’Uber Québec. Depuis le début, il était évident qu’Uber craignait les contrôles de sécurité accrues puisque la multinationale a la réputation d’attirer des criminels et de les mettre derrière le volant. Les cas de Londres et Boston sont particulièrement probants. Maintenant que le gouvernement retire à toutes fins pratiques les exigences sécuritaires, les enjeux de formation ne sont étrangement plus un frein pour Uber Québec.

Modernisation immédiate du taxi

Puisque le gouvernement Couillard s’agenouille une nouvelle fois devant Uber, les membres du RITQ exigent fermement que le ministre des Transports s’engage immédiatement, dans les prochaines heures, les prochains jours, à mettre en place sans délai des mesures concrètes pour la modernisation du taxi, telles que la fusion des territoires urbains de taxi, ce qui améliorerait la prestation de service et la rentabilité.

« Il n’est pas normal que des taxis de Ste-Foy ou Charlesbourg qui viennent nous aider au Centre Vidéotron pour répondre à la demande reçoivent des constats d’infraction. Il y a des limites à constamment faire des courbettes devant Uber, tout en maintenant des règles désuètes dans le taxi, » conclut monsieur Homsy.

– 30 –

Source :             RITQ

Contact :           Félix Tremblay

Pragmatique Communication

felix@pragmatique.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *