Couillard renouvelle son conseil des ministres à un an des élections

Share

André Fortin, député de Pontiac élu aux élections générales de 2014, fait son entrée au conseil des ministres en devenant ministre des Transports, une position autrefois occupée par Laurent Lessard. Ce dernier conserve pour sa part son poste de ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, mais n’aura plus à piloter l’épineux dossier d’Uber, qui menace de quitter le Québec dès samedi si le gouvernement ne modifie pas les conditions du renouvellement de son projet pilote.

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201710/11/01-5139607-couillard-renouvelle-son-conseil-des-ministres-a-un-an-des-elections.php

Des menaces d’Uber à l’«aplaventrisme» de Joly devant Netflix

Share

Tout a commencé avec la «menace» d’Uber de quitter le Québec, si les règles ne changeaient pas, afin de satisfaire leurs désirs.

Uber est une entreprise que je n’ai jamais portée dans mon cœur. Malgré le fait que je reconnaisse et sois content qu’ils aient forcé l’industrie du taxi à se dépoussiérer (il y a encore énormément à faire), je déteste leur côté cowboy.

http://www.lesaffaires.com/blogues/nicolas-duvernois/uber-netflix-et-melanie-joly-/597658

Regain de tensions à la tête d’Uber avec deux nominations au conseil d’administration

Share

L’ancien patron d’Uber Travis Kalanick, écarté en juin suite à divers scandales, a nommé vendredi, comme il en conservait le droit, deux nouveaux membres au conseil d’administration, un geste susceptible de relancer les tensions à la tête du groupe.

«La nomination de Mme (Ursula) Burns et de M. (John) Thain au conseil d’administration constituent une surprise complète pour Uber et son conseil. C’est précisément la raison pour laquelle nous travaillons à mettre en place une gouvernance de grande qualité, pour nous assurer que nous bâtissons une entreprise dont chaque employé et chaque actionnaire est fier», a indiqué à l’AFP un porte-parole du groupe, confirmant des informations du Wall Street Journal et le site d’information Recode.

http://affaires.lapresse.ca/economie/transports/201709/29/01-5138156-regain-de-tensions-a-la-tete-duber-avec-deux-nominations-au-conseil-dadministration.php

Uber peut aller se faire voir ailleurs

Share

Le naturel est revenu au galop. Uber a repris son ton agressif en brandissant, mardi, la menace de quitter le Québec après que le gouvernement québécois eut exigé de la multinationale de transport de personnes qu’elle demande à ses chauffeurs de suivre une formation de 35 heures, comme le font tous les chauffeurs de taxi. Prenons Uber au mot : qu’elle parte.

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/509057/refus-de-respecter-des-regles-minimales-uber-peut-aller-se-faire-voir-ailleurs

Les deux tiers de tous les constats d’infraction à San Francisco vont à des « partenaires » d’Uber ou Lyft

Share

« La police de San Francisco a démontré que les deux tiers de tous les constats liés à la circulation ont été remis à des chauffeurs de Uber ou Lyft.

Des virages illégaux, bloquer la circulation, bloquer les pistes cyclables… Nommez une infraction et les chauffeurs de Uber et Lyft l’auraient commise, selon le chef de police de San Francisco. »

https://www.washingtonpost.com/news/tripping/wp/2017/09/26/san-francisco-police-say-most-traffic-tickets-go-to-uber-and-lyft-drivers/

À Uber de se conformer… sinon, bye-bye !

Share

Uber a lancé un ultimatum au gouvernement ? Pour quelques heures de formation ?

Vraiment ?

Eh bien si Uber veut s’en aller, qu’il s’en aille ! On préférerait qu’il reste ici pour toutes sortes de raisons, mais le devoir d’une entreprise est de se conformer à la réglementation du gouvernement, pas l’inverse.

Et ce, même s’il s’agit d’une multinationale techno tout droit sortie de la Silicon Valley dont la capitalisation se chiffre en milliards US…

http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201709/26/01-5137053-a-uber-de-se-conformer-sinon-bye-bye-.php

Uber la détestable

Share

Uber menace de quitter le Québec. Encore une fois.

Oui, le gouvernement Couillard doit favoriser une saine concurrence dans le domaine du transport de personnes et mettre en place les conditions permettant les initiatives innovantes.

Mais Uber a la fâcheuse habitude des ultimatums dramatiques.

Si les règles établies ne faisaient pas son affaire, elle se serait déjà barrée.

Et franchement, si la multinationale de la présumée économie de partage veut partir, qu’elle le fasse !

http://www.journaldequebec.com/2017/09/27/uber-la-detestable